Voir l'agenda

Sociétal, en partenariat avec l'Académie des Sciences Morales et Politiques, l'Association des Journalistes Économiques et Financiers et Newpolis organise le

Jeudi 27 Février 2020

de 19h à 20h30, à l'Institut de France une conférence exceptionnelle de Christian Gollier

Économiste, directeur général de la Toulouse School of Economics et président de l’Association européenne des économistes de l’environnement qui aura pour thème :

« Le climat après la fin du mois : plaidoyer pour une taxe carbone »

Alors que les effets du dérèglement climatique se font chaque jour plus évidents, accélérant la prise de conscience du danger que court la planète, chacun, politiques, experts et non spécialistes, s’interrogent sur les moyens les plus efficaces – mais aussi les plus justes - de réduire nos émissions de CO2. En attendant les conclusions de la « conférence citoyenne pour le climat » prévues pour début avril qui devrait déboucher sur des propositions multiples soulevant inévitablement la question de leur mise en œuvre, Christian Gollier plaidera pour une mesure unique et simple, l’instauration d’une taxe carbone, selon le principe du pollueur-payeur. Et aux critiques des Gilets jaunes qui ont combattu l’an dernier cette taxe, il répondra qu’il est possible d’en atténuer l’impact social et que de toutes les façons, les autres alternatives – que ce soient les subventions ou les normes – sont plus coûteuses. Un argumentaire d’économiste qui entend placer chaque acteur devant ses responsabilités face à l’urgence climatique.

Lundi 21 Octobre 2019

de 19h à 20h30, à l'Institut de France une conférence exceptionnelle de Suzanne Berger

historienne et politologue américaine, professeure de sciences politiques au Massachusetts Institute of Technology de Cambridge qui aura pour thème :

« Mondialisation et Démocratie sont-elles (ré)conciliables ? »

La mondialisation est-elle responsable de la montée des populismes ? Et si oui, faut-il refermer les frontières pour défendre la démocratie ? Suzanne Berger, professeur au MIT et historienne de la mondialisation, placera sa conférence au cœur de ces deux problématiques d'actualité essentielles pour le devenir de nos sociétés à l'heure de la montée un peu partout des nationalismes. Pour réconcilier les populations avec l'ouverture au monde qui reste souhaitable, il faut imaginer toute une gamme de protections nouvelles tant au niveau individuel que collectif. Les entreprises qui amorcent depuis quelques années un processus de relocalisation de leurs activités ont   entre leurs mains une partie de la réponse. Tirant les enseignements de la première mondialisation au tournant du XIXe au XXe siècle, Suzanne Berger montrera que la voie d'une réconciliation de la mondialisation et de la démocratie est non seulement souhaitable mais possible.

Lundi 17 Juin 2019

de 19h à 20h30, à l'Institut de France une conférence exceptionnelle de Pierre-André Chiappori

économiste, professeur à l'université de Columbia, membre de l'Académie des Sciences Morales et Politiques qui aura pour thème :

« Un nouveau regard sur l'origine des inégalités (et les moyens de les corriger) »

Les inégalités sont au centre des préoccupations politiques du moment. Leur creusement met insidieusement à mal la cohésion de nos sociétés tout en minant les ressorts de l’économie. Comment expliquer cette dérive ? Est-il encore possible de la corriger ? Qui sont les perdants et les gagnants ? En s’appuyant sur l’exemple américain plein d’enseignements pour notre pays, Pierre André Chiappori mettra en évidence le rôle décisif du capital humain pour expliquer les différences de situation entre les individus aussi bien en termes de revenu que d’emploi. Au facteur déterminant du diplôme s’ajoutent de façon étonnante la manière dont se forment les couples et même le temps passé par les parents à l’éducation de leurs enfants… Il est néanmoins possible de remédier en partie à ces inégalités via l’école à la condition d’agir dès le plus jeune âge.